Conseil d’école du 12 Mars 2019

Conseil d’école du 12 Mars 2019

6 avril 2019 0 Par redac1

COMPTE RENDU DU CONSEIL D’ÉCOLE

Présents : Mme Françoise-Auffret (Maire), Mme Taisson (Directrice Générale des Services), Mr Virton (Responsable jeunesse)

Mme Cassigneul, Mr Farris, Mr Bourdoiseau, Mme Hoarau,, Mme Bouillon, Mme Leflemme, Mme Gost, Mme Tebaldini, Mme Peltier-Deverre, Mme Torretti,, Mr Gueulle, Mme Marie (représentants des parents d’élèves)

Mme Lacheray, Mme Le Meur, Mme Marette, Mme Mesnil, Mme Kozik, Mme Hérault, Mme Quinton, Mme Lemarchand, Mme Houssin, Mme Le Roux, Mr Bouriel (enseignants), Mme Brouch (directrice)

Excusés : Mme Palain (IEN), Mme Jeanne (brigade), Mme Lemaulf, (Psychologue RASED), Mr Truillet, Mme Lecoeur, (représentants des parents d’élèves titulaires)

Absents 

Ouverture du Conseil d’école à 18h05

Mme Brouch demande si le procès-verbal du premier conseil d’école peut être validé. La réponse est positive, à l’unanimité. Mme Brouch demande si le fonctionnement du premier conseil d’école peut être reconduit, à savoir l’envoi du compte rendu en pré lecture, à la fois aux représentants des parents d’élèves et à Madame Le Maire. Tout le monde y est favorable et Madame le Maire précise que cela évite les problèmes de procès-verbaux insincères.

1- Modifications au sein de l’équipe éducative

Au niveau de l’équipe enseignante, nous pouvons noter le retour de Mr Campard depuis le 07 janvier 2019. Mme Marie, en congé maternité, est en arrêt jusqu’au 26 mars et remplacée par Elise Jeanne, brigade rattachée à l’école. Mme Elmaleh, qui avait remplacé Mme Marie pendant son congé maternité, avait déjà été positionnée sur un autre remplacement long, ce qui a engendré un changement de remplaçant. Les élèves connaissent bien Mme Jeanne, donc n’ont pas été trop perturbés par ce changement.

Concernant les AVS, Corinne Lebrun, a été nommée sur le poste en maternelle pour accompagner une élève de MS, à raison de 12 h00 par semaine. En arrêt maladie, elle a été remplacée par Anne Sophie Jourdan, qui est à mi-temps sur l’école de Démouville et à mi-temps sur l’école de Troarn.

Mme Brouch profite de ce conseil d’école pour annoncer qu’elle a fait la demande d’obtenir le poste de direction à titre définitif et que cela a été accepté. Elle va donc faire un petit bout de chemin à Démouville.

2- Les effectifs de l’école à ce jour et estimation pour la rentrée 2019

(Projection des effectifs 2018-2019 et 2019/2020)

Au retour des vacances de noël, 3 TPS ont fait leur rentrée, dans la classe de Mme Le Meur.

Trois nouveaux élèves, 2 en MS (dans la classe de Mme Marette) et 1 en CP (dans la classe de Mme Kozik) sont arrivés de Dozulé.

Deux radiations ont eu lieu au retour des vacances d’hiver, pour déménagement à Caen.

Cela porte l’effectif global de l’école à 291.

24 TPS/PS A 20 GS/CP 26 CE2

26 TPS/PS B 23 CP 24 CE2/CM1

27 MS 21 CP/CE1 23 CM1/CM2

24 GS 26 CE1 26 CM2

Soit un total de 101 élèves en maternelle et 189 en élémentaire.

Pour l’année scolaire 2019-2020, une fermeture de classe est prévue.

Les deux principales raisons sont la baisse démographique à Démouville et le fait de ne pas comptabiliser les TPS dans les effectifs.

Le Calvados ne perd pas de poste mais n’en gagne pas non plus. Hors, avec le dispositif des dédoublements des CP et des CE1 en zone prioritaire, il faut libérer des postes. Démouville restait fragile avec un nombre de naissances en 2016 assez faible (27). Et le fait de ne plus être en ZEP a pour conséquence de ne pas faire rentrer les TPS dans les effectifs globaux de l’école. Madame le Maire précise qu’il y a eu un petit creux dans les naissances de 2016 et une remontée en 2017 (39 naissances sur la commune).

Seules les naissances domiciliées ont été retenues par l’Inspection, ce qui porte l’effectif prévisionnel à 269 élèves : une moyenne de 24,72 élèves par classe (soit en dessous du seuil des 25 élèves). Madame le Maire précise que Mme Palain lui a dit que 276 élèves étaient retenus sur les 296 annoncés par elle-même.

Concernant les enseignants, Mr Campard partant à la retraite, Mme Marette (dernière arrivée sur l’école, à l’exception du poste de direction) ne devrait pas subir de mesure de carte scolaire.

A préciser qu’il n’y aura qu’une seule carte scolaire, sans ajustement, en septembre. Un seul mouvement d’enseignant est également prévu. Autre nouveauté, la scolarité des enfants de 3 ans sera rendue obligatoire à la rentrée de septembre. Cela n’impactera pas vraiment l’école de Démouvile, puisque l’on est déjà à un taux de scolarisation de 100 %. Par contre, la loi prévoit que les enfants devront être scolarisés sur la totalité de la journée scolaire. Une réflexion devra être menée au 3ème trimestre à ce sujet.

A noter qu’il n’y aura qu’une seule rentrée, en septembre. Si nous avons la possibilité d’accueillir quelques TPS, ils devront faire leur rentrée en septembre, donc être aptes physiologiquement. Madame le Maire dit que les enfants de 2 ans n’étaient pas admis à l’école à leurs 2 ans quand ils étaient nés entre septembre et décembre (paroles de Mr Bouvet). Mme Brouch répond qu’ils n’étaient peut-être pas propres le jour de leurs 2 ans et venaient plus tard à l’école. Cette pratique courante jusqu’alors, ne sera pas mise en place l’année prochaine : il n’y aura pas de rentrée en janvier.

Madame le Maire apporte des précisions sur les inscriptions pour l’année scolaire 2019-2020 : 6 enfants démouvillais, nés en 2016 sont d’ores et déjà inscrits en mairie et il y a eu une demande de dérogation. Par ailleurs, 2 enfants nés en 2017 sont inscrits sur une liste de pré-inscription. Deux familles ont pris contact avec la mairie pour avoir des renseignements. La priorité sera donnée aux enfants démouvillais.

Mme Brouch précise qu’elle souhaite que les répartitions de classe puissent se faire au plus vite. D’une part pour les enseignants, et d’autre part pour les familles des TPS qui devront trouver une alternative à l’école en cas d’impossibilité de les accueillir. Madame le Maire demande elle aussi à connaître au plus vite la répartition pour pouvoir prévenir les familles. Mme Brouch répond qu’elle ne pourra envisager une répartition la plus proche de la réalité que lorsque les familles auront fait la démarche de venir inscrire leur enfant en mairie. Elle demande si un article a été envoyé au journal Ouest France. Madame le Maire répond que oui, qu’une information passe également sur le panneau lumineux et qu’elle a envoyé un courrier aux 39 familles des enfants nés en 2017.

3- La sécurité à l’école

Concernant les PPMS, un exercice de confinement (risques majeurs) a été réalisé le 04 février.

Que ce soit en maternelle ou en élémentaire, cela s’est bien passé. A noter qu’il faudrait peut-être que la mairie fournisse un ou deux packs d’eau par site, si un PPMS devait être déclenché. Madame le Maire répond qu’il n’y a pas de souci.

Concernant le risque incendie, il nous était auparavant demandé de réaliser 3 exercices dans l’année. Dorénavant, deux exercices sont obligatoires dans un délai maximum de 6 mois. Nous avons réalisé ce second exercice le lundi 11 mars.

En élémentaire, rien de particulier à signaler, une évacuation en 2min42. En maternelle, l’alarme a été déclenchée cette fois au niveau du bâtiment GS. Seule la classe de GS a entendu l’alarme et a évacué en 1min35. Les trois autres classes ne sont pas sorties, Mme Mesnil, seule avec ses élèves, ne pouvant aller prévenir ses collègues. Mme Brouch avait déjà évoqué ce problème lors du premier conseil d’école et invité la mairie à se rapprocher du SDIS pour savoir si les deux bâtiments devaient être évacués quel que soit le lieu de déclaration du feu. Mme Brouch demande à Madame le Maire où en sont les démarches. Madame le Maire répond qu’ils vont se renseigner, que les alarmes ont toujours été installées de la sorte. Mme Brouch précise qu’il vaut mieux avoir des précisions du SDIS concernant l’évacuation des classes. Dès que la municipalité aura des informations, elle les rapportera à Mme Brouch.

4- Les budgets 2019

Le budget 2019 sera voté le 25 mars prochain. Nous pourrons évoquer les différentes lignes budgétaires pour l’année 2019 au troisième conseil d’école.

Concernant l’investissement, l’achat de petit matériel de cour pour la maternelle a été demandé, de même que le remplacement des roulants volés pendant les vacances. Pour l’élémentaire, l’achat de petit mobilier pour la BCD a également été demandé. Madame le Maire apporte l’information comme quoi les travaux de ravalement de l’école maternelle sont en projet. Un devis pour un bardage a été réalisé et il s’agira d’un investissement important pour le bâtiment de la maternelle.

Nous pouvons également informer les membres du conseil d’école qu’un projet de numérisation est en cours d’élaboration.

En maternelle, un projet d’installation de vidéoprojecteurs et d’un ordinateur portable par classe est à l’étude. En élémentaire, l’utilisation des tablettes fait l’objet de différentes concertations. Mme Namboka, conseillère pédagogique numérique, a été invitée à un conseil de maîtres pour présenter à l’équipe les différentes utilisations des tablettes avec les élèves. Une démarche d’emprunt a été réalisée auprès de CANOPE : 3 enseignants ont pu bénéficier d’une « mini formation » pendant les vacances de février et nous avons pu ramener 4 iPad à l’école : nous les avons jusqu’aux vacances de printemps. C’est l’occasion pour les enseignants de se lancer, de tester, de s’approprier le matériel. Mme Brouch est en train de rédiger un projet pédagogique avec l’aide de l’équipe de circonscription, projet qui, s’il aboutissait, pourrait éventuellement découler sur un stage école pour l’ensemble des enseignants. Mme Brouch en a fait la demande auprès de Mme Palain, l’IEN de circonscription.

5- Le projet théâtre en maternelle

L’ensemble des classes de maternelle, ainsi que la classe des GS/CP se sont engagés dans un projet théâtre. La parole est laissée aux enseignantes concernées. Les classes de Mme Marette, Mme Mesnil et Mme Kozik vont bénéficier d’un atelier de pratique théâtrale, avec la compagnie Macédoine, à raison de 10 séances par classe. Une représentation aura lieu en fin de cycle. Les classes de Mme Le Meur et Mme Lacheray sont déjà allés au théâtre au premier trimestre et cette fois vont accueillir à l’école une représentation de Stéphane André Leur souhait est de pouvoir inviter les familles pour cette représentation, dans l’idée d’une ouverture de l’école aux familles. La représentation consiste en un spectacle musical, et se tiendra le 25 juin, dans le cadre de la Fête de la musique. Les élèves vont fabriquer des instruments et un goûter musical sera proposé aux élèves et à leurs familles.

6- La classe olympique

(Projection d’un diaporama)

Le projet de classe olympique avait été brièvement exposé lors du 1er conseil d’école. La classe de CE1 de Mme Lemarchand et Mme Brouch est engagée dans le projet « Partageons la passion des jeux ». Ce projet a permis, dans un premier temps, la labellisation de la classe « Classe olympique ». Le parrainage avec des sportifs de haut niveau normand était l’un des points phare du projet. L’Entente Colombelles-Troarn (handball, féminin, nationale 1) s’est portée candidate pour parrainer la classe. Cela consiste en des échanges de mails avec les joueuses, notamment sur leurs préparations de matchs, leurs victoires, leurs défaites. Une rencontre avec les joueuses a eu lieu le 1er février. Les élèves de CE1 avaient travaillé avec leurs tuteurs (les CM2) pour préparer cette rencontre. Cela a été une après-midi marquante pour les élèves et pour nous, enseignants. Par ailleurs, pour chaque match à domicile, 50 places sont offertes pour la classe olympique. C’est un réel succès, les élèves ont pris goût à aller encourager leurs marraines, les familles sont ainsi partie prenante dans le projet. Lorsqu’il reste des places, elles sont proposées aux CM2 (qui travaillent avec les CE1 sur le projet de l’olympisme), puis aux autres classes de l’élémentaire. Le deuxième point fort du projet est la correspondance avec une classe de Grèce, d’Anatoliko. Les premiers échanges de mail ont eu lieu, l’idée est de partager les différents travaux menés en France et en Grèce sur le thème des jeux olympiques. Un des élèves de CM2 est grec. Il le comprend, le parle, le lit et l’écrit. Ce projet sera donc aussi l’occasion de valoriser cette compétence ! Enfin, deux autres partenariats se sont mis en place l’un avec le Caen triathlon et l’autre avec le Caen Athlétique Club.

La richesse du projet, avec notamment les différents partenariats qui se mettent en place, nous ont incité à demander la labellisation Génération 2024, qui a été obtenue pour une durée de 3 ans.

Mme Brouch a reçu une information ce matin : l’ambassadrice grecque vient à Caen le 1er avril. Cette journée sera donc particulière avec une visite de l’ambassadrice dans les écoles, une remise de diplômes… ce sera également l’occasion de montrer les travaux déjà réalisés dans le cadre du projet et de prévoir un échange internet avec nos correspondants. Des ateliers sportifs avec les parrains sont à l’étude pour cette journée du 1er avril.

7- Les projets pédagogiques

  • artothèque : deux classes y sont allées (Mme Quinton avec les CP/CE1 et Mr Bouriel avec les CM2). Cela consiste en une découverte du lieu, du principe d’une artothèque, la visite d’une exposition temporaire, et le choix de tableaux à ramener à l’école. Mme Quinton a notamment pu ramener des œuvres sur le thème de la mer, qui est son thème de travail pour l’année.
  • piscine : deux classes se rendent à la piscine Montmorency, à Hérouville Saint Clair (CE1 et CM2), Mme Brouch propose de revenir sur la piscine en fin de conseil puisqu’une question des représentants des parents d’élèves concerne l’encadrement des séances par les enseignants.
  • théâtre : « En attendant les étoiles » pour les TPS/PS, « Ondin et la petite sirène » pour les cycles 2, de très bons spectacles
  • cinéma : « Rémi sans famille » pour les cycles 3, courts métrages pour les maternelles, sur le thème de noël, de l’hiver, séances appréciées par les élèves et les enseignants
  • carnaval de l’école : il aura lieu le vendredi 22 mars, Mme Brouch stipule qu’elle attend le retour de la municipalité quant au parcours. Madame le Maire répond qu’elle a renvoyé un courrier, validant le parcours, cet après-midi, que Mme Brouch devra rencontrer le policier municipal pour finaliser la sécurité, et qu’il faudra quelques parents pour sécuriser le cortège. Mme Brouch précise que Mr Barteau le lui avait déjà demandé et qu’elle avait donc anticipé en demandant aux familles si certains parents se portaient volontaires pour aider à la sécurité : il y a déjà des réponses positives. Madame le Maire note qu’il faudra leur demander de porter un gilet jaune… ou orange !
  • château de Caen : jeu de piste au château par les MS, très bien mais Mme Marette note que les enfants souhaitent rapidement passer à autre chose, ont l’envie de finir vite un atelier et d’aller sur un autre
  • Olympiades des Métiers : au parc des expositions à Caen, par les CM2, Mr Bouriel raconte que cela était très intéressant, qu’ils ont pu voir différents concours (allant de la mécanique à la pâtisserie, passant par la couture….), que l’idée était aussi de montrer aux CM2 des « jeunes » pouvant réaliser des choses incroyables, et donc leur donner à eux aussi l’envie de faire, d’essayer de toujours faire un peu plus…
  • Musée des Beaux-Arts : classes de GS et GS/CP, sur la thématique du portrait, élèves très intéressés, l’animatrice a bien su les captiver
  • exposition de photos sur la faune, par l’association Soleil d’automne : ensemble des classes de l’élémentaire
  • film-débat « L’Antarctique » : classes de CM1/CM2 et CM2 : intéressant, les élèves ont eu beaucoup de questions à poser. L’idée de départ était de réaliser une rencontre intergénérationnelle. Cela n’a pas vraiment été le cas, car il n’y a pas eu de véritables échanges. L’équipe se dit prête à envisager un projet plus concret, l’année prochaine avec l’association, avec des actions plus précises de partage entre générations
  • projet défi sciences : projet de circonscription, classe de MS de Mme Marette, élevage de chenilles et élaboration d’un livre numérique, les élèves sont bien impliqués
  • projets de sorties de fin d’année : château de Falaise, zoo de Cerza, accrobranche, séjour à Clécy, sortie nature à Sallenelles, ferme pédagogique, Chausey
  • Semaine olympique (projection d’un diaporama)

Participation de l’ensemble de l’école (à l’exception de la classe de CM1/CM2) à l’événement national qu’est la semaine olympique : l’équipe a proposé « Une journée athlétisme à l’école ». Le choix s’est porté sur un mélange des classes, avec l’idée d’un accompagnement des plus grands auprès des plus jeunes. Ce fut une journée très riche, qui a permis de travailler différemment, en binôme de classe. Les TPS/PS étaient restés au niveau de l’école maternelle pour y pratiquer divers ateliers de sauts, lancers, courses. Les photos montrent à quel point les élèves ont investi l’activité ! Les autres classes se sont rendues au gymnase où tous les ateliers pensés par la classe olympique avaient été installés, avec notamment un atelier handisport (courses par binôme, yeux bandés).

Mme Brouch tient à remercier sincèrement l’équipe pour avoir adhérer au projet. Cette journée fut un réel succès tant du côté des élèves que de celui des enseignants. Ils envisagent d’ailleurs de reconduire le projet l’an prochain en allant un peu plus loin au niveau de l’organisation.

Dans le cadre de cette semaine olympique, 12 élèves de CM2 ont participé à la rencontre USEP, à la Halle d’Ornano de Mondeville. C’était également une journée très riche, très bien organisée. Mme Brouch précise que Mr Bouriel et elle-même ont remis l’association USEP de l’école en fonctionnement. Certaines activités se déroulent sur le temps scolaire et d’autres hors temps scolaire. C’était important de le faire, notamment en raison des projets liés au sport.

Questions des représentants des parents d’élèves

Quel est le retour suite à l’organisation des remplacements des ATSEM ?

Quand la municipalité le peut, elle met à disposition un agent supplémentaire. L’ ATSEM de GS, est sollicitée la première pour aller remplacer une ATSEM dans les plus petites classes, et l’agent supplémentaire vient en renfort dans la classe de GS.

Quelle est l’organisation quotidienne avec les ATSEM ?

(Projection des emplois du temps des ATSEM)

Mme Brouch a réuni les 4 ATSEM suite au 1er conseil d’école. Une organisation, la plus optimale possible, a été retenue et mise en place. Elle semble plus satisfaisante que l’organisation précédente. Mme Brouch explique que lorsque le nombre d’enfants dormant encore devient moindre par comparaison au nombre d’enfants réveillés et de retour en classe, l’ATSEM retourne accompagner l’enseignante puisqu’il reste un employé communal dans le dortoir. Madame le Maire intervient pour s’opposer à cette organisation car elle souligne que les employées communales ne sont présentes qu’en renfort des ATSEM et qu’elles ne peuvent pas rester seules dans les dortoirs (cela est écrit ainsi dans leur fiche de poste). Les représentants des parents d’élèves, tout comme les enseignantes concernées, s’étonnent de cette remarque. Mme Brouch demande si l’on ne pourrait pas envisager une modification de leurs fiches de poste. D’une part, cet emploi du temps satisfait à la fois les enseignantes et les ATSEM (du retour qu’en a eu Mme Brouch) et d’autre part, il n’apparaît pas judicieux de laisser une vingtaine d’enfants, seuls avec la maîtresse, tandis que deux adultes se retrouvent à surveiller 4 à 6 enfants, endormis. Madame le Maire dit que c’est à voir. Elle va organiser une réunion avec le personnel communal concerné. Elle demande à ce que les emplois du temps présentés soient gelés jusqu’à nouvel ordre. Mme Brouch en prend note.

Est-ce que le personnel municipal est formé aux premiers secours ?

Madame le Maire répond par l’affirmative. L’ensemble du personnel a suivi une formation PSC1 en 2015. Une nouvelle campagne de formation est prévue cette année.

Serait-il possible qu’une représentante des ATSEM soit présente au conseil d’école ?

Mme Brouch qui préside le conseil d’école invite les membres de droit, dont les ATSEM ne font pas partie. Néanmoins, suivant l’ordre du jour, Mme Brouch peut décider d’inviter d’autres personnes. Par exemple, pour le 1er conseil d’école, étant nouvelle sur l’école, Mme Brouch avait eu le souhait de réunir l’ensemble de la communauté éducative, avec notamment les AVS, les ATSEM. Aucune des ATSEM ne s’étaient présentées. Il faut savoir que pour les enseignants, la présence au conseil d’école est un temps de travail, compris dans le volume horaire (donc rémunéré), ce qui n’est pas le cas pour les ATSEM. Madame le Maire précise que si les agents ont des heures de travail hors temps habituel, ils peuvent récupérer leurs heures. Les représentants des parents d’élèves pensent que les ATSEM n’ont peut-être pas connaissance de cela. Madame le Maire dit que si. Les représentants proposent qu’il faudrait peut être le leur rappeler. Mme Brouch précise qu’elle ne peut « obliger » les ATSEM à venir lorsqu’elles sont invitées.

Un garage à vélos en maternelle est-il accessible ? Si non, peut-on envisager d’en créer un ?

Madame le Maire précise qu’il existe un garage à vélos pour adultes, à l’arrière du bâtiment. Les membres du conseil évoquent la possibilité de l’utiliser pour y ranger toutes les trottinettes personnelles des enfants, mais le problème du portillon fermé à clés se pose. Mme Brouch demande si l’on pourrait envisager de créer un garage à vélos, sur la cour, tout de suite à l’entrée, sur la gauche. Elle précise que beaucoup d’enfants viennent à pieds, en vélos ou en trottinettes, ce qui est une très bonne démarche des familles. Madame le Maire demande à Mme Brouch de présenter en mairie un projet de garage à vélos. L’installation d’une sorte d’abri de jardin est évoquée. Mme Brouch dit qu’elle va s’en charger.

Comment se déroule l’entretien du bac à sable en école maternelle ? Serait-il possible de le couvrir tous les soirs ?

Madame le Maire précise que c’est un problème qui remonte à plusieurs années, que la question est régulièrement posée, que beaucoup de communes ont choisi d’enlever les bacs à sable des cours d’école. Les représentants des parents d’élèves soulignent le manque d’hygiène certain. Madame le Maire dit que le bac est nettoyé deux à trois fois par an. La question de le couvrir le soir est posée. Madame le Maire précise que la question de « qui va s’en charger » se pose et qu’il n’y a pas vraiment de moyen technique de le faire. Elle évoque l’organisation générale de la cour de maternelle qui est à repenser. L’installation de bacs surélevés est évoquée. Madame le Maire demande à Mme Brouch de lui faire des propositions écrites.

Les jouets de cour vétustes peuvent-ils être remplacés ?

Mme Brouch informe les représentants qu’un devis a été déposé en mairie pour le remplacement d’un certain nombre de jouets.

Serait-il possible de prévoir un éclairage de la cour de l’école élémentaire ?

Les représentants des parents d’élèves évoquent la dangerosité de la cour en hiver, sur le temps d’accueil. Les enseignants concernés confirment. Mme Brouch informe les représentants des parents d’élèves qu’une demande de travaux a d’ailleurs été réalisée dans ce sens. Madame le Maire dit ne pas avoir eu connaissance de cette demande. Elle rappelle à Mme Brouch que toute demande doit passer par une demande de travaux, en mairie et qu’elle ne doit pas prendre contact directement avec les services. Mme Brouch précise que la demande est partie en mairie viala pochette de communication et qu’un employé communal est revenu vers elle pour demander où mettre les lumières. Madame le Maire demande à Mme Brouch de lui refaire un mail concernant cette demande. Elle informe qu’il est tout à fait envisageable de placer des spots pour éclairer la cour.

Les représentants des parents d’élèves évoquent une attitude de certains animateurs trop « familière » vis-à-vis des enfants et demandent plus de professionnalisme.

Madame le Maire évoque qu’une réunion a eu lieu en présence de Mme Brouch, Mme Taisson, Mr Virton, Mme Khalkhal et elle-même au sujet des temps périscolaires. Un rappel à l’ordre va être effectué pour que de tels comportements ne se produisent plus.

Quelle est la sécurité pour l’accès aux locaux du secteur jeunesse ?

Un système d’ouverture avec vidéo a été mis en place, comme cela était le cas en maternelle et en élémentaire. Mme Brouch en profite pour remercier la municipalité car cela est maintenant opérationnel en élémentaire et très pratique. Elle évoque toutefois le problème de la fermeture du portillon après le passage de certaines personnes. Madame le Maire précise qu’il faut que les familles soient vigilantes et pensent à refermer la porte après eux. Mme Brouch demande si l’on ne pourrait pas mettre un panneau sur les portillons. Madame le Maire n’en voit pas l’intérêt.

Serait-il possible d’avoir davantage d’informations concernant les remplacements des enseignants ?

Les représentants des parents d’élèves regrettent un manque d’informations relatives aux remplacements de Mme Marie. Mme Brouch a expliqué en début de conseil d’école les raisons de changement de remplaçants sur la classe de CE2/CM1. Elle propose de faire un « mot d’information type » qui serait donné aux familles lorsque le remplacement va dépasser la semaine. Elle verra cela avec les brigades. Les représentants retiennent l’idée.

Les représentants des parents d’élèves demandent des précisions sur le remplacement de Mme Quinton le jeudi matin.

Mme Brouch reprend l’historique de cette situation. « Début juillet, Mme Quinton était affectée à 100 % sur l’école de Démouville. Mme Lemarchand et Mme Brouch, toutes les deux à 50 % de temps de classe étaient positionnées sur la classe de CE1 et Mme Quinton prenait la classe de CP/CE1, ce qui avait permis de débloquer la situation au niveau de la répartition des classes (puisqu’une personne à temps partiel ne peut se positionner sur une classe de CP). Quand Mme Lemarchand a appris qu’elle devait faire une demi-journée supplémentaire, Mme Palain, IEN, a accepté qu’elle soit en co intervention sur la matinée du jeudi. La rentrée s’est faite ainsi. Lorsque j’ai eu le tableau de service à compléter, je l’ai fait selon cette configuration. Jusqu’au jour où j’ai été contactée par la directrice de Petiville, me demandant quels jours interviendrait Mme Quinton pour la décharger. J’ai simplement répondu qu’il devait y avoir une erreur puisque Mme Quinton était affectée sur l’école et avait une classe à sa charge. Je n’ai ensuite plus eu de nouvelle. J’ai simplement pensé qu’il s’agissait bien d’une erreur. Puis, plus tard, elle m’a contacté de nouveau me signifiant que la PSEP lui avait confirmé que Mme Quinton devait des heures à Petiville. J’ai alors appelé la PSEP, expliqué la configuration de l’école et l’on m’a dit ne pas être au courant de cette situation. On m’a demandé de faire un écrit, que j’ai fait… puis plus de nouvelle…. Lorsque j’ai été contactée par l’IEN, nous avons essayé de trouver une solution plus adaptée, mais cela n’a pas pu se faire et Mme Quinton est obligée de faire quelques jeudis matins à Petiville. Elle est donc remplacée par Mme Lemarchand. Comme la situation est restée inerte pendant plusieurs semaines, nous avons donc dû positionner les 12 demi-journées sur un nombre de semaines plus restreint. »

Même si cette situation est vécue comme inadaptée, à la fois par les enseignants et par les parents, il est important de rappeler aux familles le rôle des représentants des parents d’élèves, qui n’ont pas été sollicités. Les différentes démarches entamées par les familles auraient peut-être pu être gérées différemment en respectant certaines étapes (absence de rendez-vous avec la directrice de l’école, la non sollicitation des représentants des parents d’élèves, l’envoi de courriers qui ont pu mettre en difficulté les enseignants eux-mêmes…). Madame le Maire dit qu’elle a reçu les parents d’élèves en tant qu’administrés et qu’elle a soutenu leur démarche en envoyant un courrier à l’Inspection Académique.

Mme Brouch profite de ce qui a pu se passer pour ré-insister sur le rôle primordial des représentants des parents d’élèves et souhaite communiquer encore davantage l’an prochain au moment des élections pour expliciter clairement auprès des familles qui les élisent les différentes tâches pour lesquelles ils peuvent être sollicités. Mme Le Flemme dit que pourtant il n’y a jamais eu autant de communication que cette année. Mme Brouch note que ce n’est peut-être pas encore suffisant. L’idée d’une boîte aux lettres pour les représentants des parents d’élèves est émise. Une réflexion devra être menée à ce sujet avec les représentants des parents d’élèves, pour qu’ils puissent mener pleinement les missions qui sont les leurs.

Est-ce que le sujet du harcèlement est au programme, et pour quelles classes ?

Mme Brouch informe que le harcèlement est un sujet qui est évoqué, au sein de l’Education Morale et Civique, notamment, quand il s’agit d’aborder les thèmes tels que le respect, la bienveillance, il est également abordé en classe lorsqu’une situation particulière se produit….

Mme Le Flemme évoque l’existence d’outils vidéos à ce sujet, utilisés au collège de Giberville. Mr Bouriel précise qu’il a ces courts-métrages, qu’il en existe beaucoup d’autres. Mme Brouch précise que la prise en charge du harcèlement n’est pas simple à gérer, que l’on en entend beaucoup parler, qu’il est parfois difficile (à la fois pour les familles, pour les enseignants) de savoir si cela relève du harcèlement ou non. Le dialogue avec les enfants reste un bon moyen de sortir des crises. Au niveau des enseignants, une demande institutionnelle a été posée dans le cadre notamment du climat scolaire. Un travail doit être mené pour aboutir à un plan de prévention contre le harcèlement, plan qui sera à annexer l’an prochain au règlement intérieur, lors du 1er conseil d’école. Pour cette demande institutionnelle, Mme Brouch évoque une collaboration avec 2 autres directeurs (Mme Di Fazio de l’école de Lucie Aubrac à Mondeville, Mr Velay, de l’école élémentaire de Giberville) pour travailler ensemble, puis avec nos équipes sur ce sujet, notamment. Les représentants des parents d’élèves seront d’ailleurs sollicités, comme Mme Brouch a déjà pu en échanger avec Mme Cassigneul.

Plus largement sur le climat scolaire, une charte école-famille ainsi qu’un protocole de gestion de crise sont également en cours de rédaction.

Les représentants des parents d’élèves rappellent qu’au conseil d’école de juin 2018, il avait été évoqué que les enseignants auraient en charge un groupe à la piscine. Qu’en est-il ? Les enseignants n’étant pas des maîtres-nageurs, les parents s’inquiètent. Les enseignants sont-ils formés pour cet apprentissage ?

Caen La Mer a décidé de ne plus mettre autant de maîtres-nageurs à disposition des écoles, entraînant de ce fait la prise en charge de groupes par les enseignants. Il faut savoir que d’un point de vue national, beaucoup de piscines fonctionnaient déjà de la sorte : prise en charge de groupes par des enseignants et des parents habilités. A la piscine d’Hérouville, cela s’est mis en place à la rentrée de septembre 2018. Les classes sont présentes par 2 dans un créneau : l’ensemble des élèves est séparé en 4 groupes. Les deux enseignants prennent en charge un groupe chacun et deux maîtres-nageurs prennent également chacun un groupe. En plus, deux maîtres-nageurs supplémentaires sont de surveillance de bain.

D’un point de vue sécurité, tous les élèves sont bien surveillés, qu’ils soient avec un enseignant ou avec un maître-nageur. Nous avons commencé le cycle piscine avec les classes de CE1 et de CM2 : Mr Bouriel dit ne pas toujours se sentir tranquille lorsqu’il est à un bout de la piscine et qu’il y a des élèves sur toute la longueur de la piscine. Mais que néanmoins, on sait que les deux surveillants de baignade sont là.

D’un point de vue pédagogique, certes la natation est une activité particulière dans le sens où elle se déroule dans un milieu qui bouleverse les habitudes. On ne va pas se cacher que les enseignants auraient préféré conserver l’ancien fonctionnement. D’autant qu’il permettait aux enseignants de naviguer d’un groupe à un autre, d’encourager, de rassurer… Maintenant, nous n’avons pas le choix… Le professeur des écoles a cette particularité de devoir tout enseigner, sans être spécialiste (contrairement à un professeur de collège). Les groupes ont été constitués de telles manières à laisser les enfants les plus à l’aise aux enseignants ; les non nageurs étant pris en charge par les maîtres-nageurs. Chaque enseignant donnera le meilleur de lui-même pour préparer ses séances et faire progresser les élèves. Un livret pédagogique départemental est à disposition des enseignants sur les différentes situations qui peuvent être proposées aux élèves : 4 domaines d’apprentissages sont à travailler (s’immerger, s’équilibrer, entrer dans l’eau et se déplacer). L’équipe de circonscription et les conseillers pédagogiques en EPS ont contribué à l’élaboration d’un livret de situations pédagogiques avec les maîtres-nageurs de la piscine Montmorency. L’objectif visé est le passage de l’Attestation Scolaire du Savoir Nager (qui doit être validée en fin de cycle 3).

Une réunion trimestrielle se tient pour faire remonter les points positifs, les points négatifs… Pour tout le monde, il s’agit d’une première année, l’idée étant d’améliorer le fonctionnement. Lors de la dernière réunion, il a été évoqué de la part de Mme Palain, l’organisation d’un stage pour les enseignants l’an prochain.

Mme Brouch remercie Madame le Maire pour l’accrochage des tableaux de l’artothèque, pour les tracés de jeux de dames et d’échecs sous le préau et pour la fabrication du pupitre de conférence.

Clôture du Conseil d’école à 20h20